Communiquer positivement sur nos métiers pour retisser du lien

Nourrir le monde, c’est la fierté du métier d’agriculteur. Mais à l’heure où les pratiques agricoles sont pointées du doigt, où un climat de méfiance s’instaure entre consommateurs et agriculteurs, il est de plus en plus difficile de se faire entendre. C’est pourquoi Antoine, jeune agriculteur de 29 ans, souhaite inverser la tendance en allant au-devant des riverains.

Parler de son métier pour rassurer les riverains, c’est l’idée d’Antoine Dhalluin, cultivateur à Bondues.

Jean-Marie et Janine Dhalluin sont cultivateurs à Bondues depuis les années 60. Leur fils, Antoine, les a rejoints dans l’activité en 2012.

Régulièrement stressé par l’exercice de son métier, craignant les remarques et les smartphones braqués sur lui lors de ses sorties sur champ, il prend l’initiative d’aller au-devant des habitants en proposant des réunions publiques.

« Le paysan, c’est la cible en ce moment, c’est le bouc-émissaire. On n’a pas beaucoup de temps à consacrer à la communication. On n’est pas des grands orateurs. » Antoine Dhalluin

C’est ainsi qu’en novembre dernier a eu lieu la première réunion publique à Bondues. Habitants et agriculteurs ont pu échanger sur les métiers de l’agriculture. Marc Dupayage, représentait Unéal lors de cette réunion et a pu répondre aux inquiétudes des habitants.

« Ces moments d’échanges avec les riverains sont à privilégier pour expliquer nos métiers et rassurer les riverains pour éviter la stigmatisation. On se rend compte que lorsqu’on explique nos pratiques, les gens sont assez réceptifs et comprennent nos problématiques. C’est primordial pour retisser de la confiance avec les consommateurs. » Marc Dupayage, Responsable Service Technique Grandes Cultures

Ce sujet vous intéresse ? FranceAgriTwittos a publié le guide Comment communiquer efficacement quand on est agriculteur (et qu’on manque de temps)

Source : La Voix du Nord

2019-12-20T14:31:38+02:00 18/12/2019|RSE|